• Accueil
  • Conseils
  • La Canneberge ou Cranberry: un traitement naturel contre les cystites

La Canneberge ou Cranberry: un traitement naturel contre les cystites

les-interets-de-la-cranberry-dans-les-infections-urinaires

Vous avez peut-être déjà eu une infection urinaire basse, ou cystite chez les femmes, avec tous les symptômes gênants que cela peut occasionner. Afin de soulager ces symptômes ou de les éviter, il existe une baie qui peut vous aider. Il s’agit de la canneberge ou cranberry. Elle est maintenant assez connue: vous pouvez la trouver en jus, en gélules, en fruits séchés… Après une petite description rapide de l’infection urinaire, voyons ce qu’est exactement la cranberry, la partie que l’on utilise, comment elle agit, ses propriétés et son utilisation en pharmacie et au niveau médical.

La cystite ou infection urinaire basse

C’est une infection fréquente chez la femme due à une bactérie. Il s’agit le plus souvent d’Escherichia Coli (E.Coli). La cystite touche préférentiellement la femme jeune, qui débute une activité sexuelle, mais peut arriver à tout âge, notamment aussi à la ménopause.

Elle se manifeste par:

  • Une douleur dans le bas ventre, à type de pesanteur
  • Des envies fréquentes d’uriner et en petite quantité, c’est la pollakiurie
  • La présence de brûlures à la fin de la miction
  • Parfois la présence de sang dans les urines, c’est une hématurie
  • Des urines troubles, pouvant être malodorantes
  • Elle ne s’accompagne pas de température. En présence de fièvre, il faudra évoquer une infection urinaire haute avec atteinte du rein

On distingue:

  1. La cystite simple, sans facteurs de risque de complications
  2. La cystite compliquée avec des facteurs de complications, c’est-à-dire qu’il existe des problématiques sous-jacentes qui favoriseront le développement d’une infection plus grave et plus difficile à traiter. On peut citer: les anomalies des voies urinaires, la grossesse, les sujets âgés, l’insuffisance rénale sévère ou encore l’immunodépression (défenses immunitaires très faibles)
  3. Les cystites récidivantes: ce sont des infections urinaires à répétition, plus de 4 par an.

Les cystites se traitent par traitement antibiotique mais il est possible d’associer en parallèle une prise en charge naturelle. On peut citer entre autre la cranberry, mais aussi l’homéopathie, la naturopathie avec des tisanes et plantes anti-cystite, des huiles essentielles….

Parmi cela, découvrons ensemble la cranberry ou canneberge.

 

vaccinium-macrocarpon-baies-plante-amerique-du-nord

La Cranberry ou canneberge

Description

Il existe différentes variétés de cranberry, mais la cranberry dont nous parlons pour soulager les cystites est la canneberge d’Amérique. Elle a différentes appellations dans le langage courant: « canneberge à gros fruits », « airelle à gros fruit », « airelle rouge » ou encore « pomme des près ». Son nom latin est Vaccinium macrocarpon ou Oxycoccus macrocarpus. Le genre Vaccinium fait partie de la famille des Ericaceae.

Historiquement, ces baies étaient utilisées par les Amérindiens pour se nourrir, se soigner (désinfection des plaies et prévention du scorbut) et même teindre leurs habits.

Elle est cultivée en Amérique du Nord depuis le XIXème siècle, c’est une plante vivace, très résistante au froid, qui donne des petits fruits: ces petites baies rouges ou baies de canneberge. On les récolte à l’automne, lorsqu’elles sont bien rouges. Ce sont les baies qui sont utilisées au niveau médical à but thérapeutique.

Partie utilisée et ses propriétés

Partie utilisée

Seules les baies sont utilisées soit dans le domaine culinaire soit dans le domaine de la santé.

En cuisine, on utilise ces baies pour leur couleur, leur saveur unique, légèrement acide et peu sucrée.

Au niveau médical, ces baies ont subi différentes transformations et il est possible de retrouver les principes actifs de ces baies dans: des jus, les baies séchées, des extraits concentrés, de la confiture, des gélules, des comprimés ou encore en poudre…. Bref, vous avez le choix.

Composition

Les baies sont composées de:

  • Glucides: fructose, glucose et saccharose
  • Acides organiques: acide quinique, acide malique, acide citrique et acide oxalique
  • Polyphénols: substances anti-oxydante responsables entre autre de la couleur et de la saveur de la cranberry. On distingue parme ces polyphénols les acides phénoliques (acide benzoïque), les flavonoïdes (flavonols, flavan-3-ols, anthocyanes) et les stilbènes (resvératrol).
  • Elles contiennent 80% d’eau et sont très peu caloriques.

Pour 100g de baies de canneberge, il y a :

  • 83,5g d’eau
  • 12,6g de glucides
  • 4,2g de fibres
  • 0,39g de protéines
  • 0,2g de lipides
  • 71mg de Potassium
  • 13mg de vitamine C
  • 9mg de phosphore
  • 7mg de calcium
  • 5mg de magnésium
  • Et de nombreux autres oligoéléments: fer, cuivre, manganèse, sélénium, sodium, zinc, ainsi que des vitamines A, B1, B2, B3, B5 et B6

Ce sont donc des baies peu caloriques et riches oligoéléments, en antioxydants et en vitamine C.

la-composition-de-la-cranberry-pour-le-traitement-de-la-cystite

 

Comment agit la cranberry au niveau urinaire?

Initialement, on pensait que la cranberry limitait le développement des bactéries grâce à son acidité qui modifiait le pH des urines. Finalement, le mécanisme d’action de la canneberge a été mis en évidence à la fin du XXème siècle. Elle agit en réalité en empêchant les bactéries (E. Coli) de s’attacher à la paroi urinaire. En effet, E.Coli présente sur sa surface des pili (ou pieds) qui portent des « adhésines » qui s’accrochent à la paroi urinaire.

La cranberry agit de la manière suivante:

  • Elle empêche la synthèse des pili, donc les adhésines ne peuvent plus s’accrocher à la paroi urinaire
  • Le corps cellulaire de la bactérie s’allonge, ce qui la rend incapable de s’attacher
  • Elle aurait une action sur les propriétés électrochimiques de la bactérie, entraînant une modifications des potentiels électriques et inhibant son fonctionnement

Au total, elle a donc un effet anti-adhésif sur la bactérie.

Cet effet est lié à la présence des proanthocyanidines, composant de la cranberry.

L’effet est dose-dépendant, c’est-à-dire qu’il est proportionnel à la dose prise. Plus vous prenez de la cranberry, plus vous agirez sur E.Coli.

L’effet débute 2 heures après l’ingestion et dure jusqu’à 10 heures après.

Quelle est la dose recommandée?

Les études faites ont permis de conclure à une dose recommandée de 72 mg de proanthocyanidines par jour pour une efficacité optimale.

Cette dose est répartie en 2 prises par jour, soit 36 mg matin et soir. C’est la dose standardisée.

Vous trouverez ces 36 mg dans environ:

  • 300 à 600 ml/jour de jus répartis en trois prises
  • 10 à 50 ml/jour de jus concentré en une prise: la quantité dépendra de la concentration
  • 300 à 400 mg/jour d’extrait standardisé, répartis en deux ou trois prises. Les comprimés ou gélules contiennent du jus déshydraté. Il est recommandé de boire beaucoup d’eau si vous choisissez cette forme là.

Dans quel cas l’utiliser?

Il est possible d’utiliser de la canneberge ou cranberry aussi bien en curatif qu’en préventif.

  • En Curatif: c’est-à-dire pour traiter une infection urinaire déjà présente. Elle peut être utilisée en complément des traitements antibiotiques donnés.
  • En préventif: c’est-à-dire pour éviter de développer une infection urinaire. Elle diminue le risque de récidive et serait aussi efficace que la triméthoprime en antibioprophylaxie.

Depuis 2015, elle fait partie des recommandations de la Société de pathologie Infectieuse de Langue Française (SPLIF) ainsi que des recommandations de la société d’urologie dans la prévention des infections urinaires récidivantes à E.Coli. Dans ces conditions, les formes utilisées doivent contenir au moins 36 mg de proanthocyanidines.

 

L’utilisation de cranberry est donc:

  • Une solution avantageuse, naturelle et complémentaire aux antibiotiques dans le traitement des infections urinaires
  • Peut être pris en même temps que le traitement antibiotique
  • Elle pourrait permettre de limiter le développement des résistances au niveau des antibiotiques
  • Son utilisation est possible chez les femmes enceintes et chez celles qui allaitent
  • Elle n’a pas de contre-indications
  • Par contre, quelques précautions d’emploi sont à signaler:

1- Chez les personnes ayant eu des calculs rénaux, sa consommation doit être à limitée, car la cranberry est riche en acide oxalique, composé présent dans les calculs.

2- De plus, une vigilance est recommandée chez les personnes sous anticoagulants, avec un risque d’interaction pouvant modifier l’INR

3- Les personnes sous statines pour l’hypercholestérolemie doivent éviter d’associer leur statine à du jus de cranberry. En effet, cela augmente la toxicité de la statine et expose au risque de rhabdomyolyse.

4- Chez les personnes diabétiques, il est recommandé d’utiliser les formes en gélules ou en sachet. Les ampoules et le jus contiennent plus de glucose

les-complements-alimentaires-a-base-de-cranberry-gelules-comprimes-jus-fruits-seches

 

Les autres avantages de la cranberry

Bénéfices liés proanthocyanidines

La cranberry a également un intérêt dans les ulcères gastrique ou duodénaux. En effet, les proanthocyanidines de type A empêchent la bactérie Helicobacter pylori de s’attacher à la paroi gastrique.

Parle même mécanisme, la cranberry empêchent le développement des bactéries au niveau de la plaque dentaire. Elle protège donc des caries et est une prévention en cas de parodontopathies.

Elle pourrait avoir aussi un impact au niveau des bactéries intestinales et prévenir les diarrhées à E.Coli.

Bénéfices liés aux polyphénols

De nombreuses études ont évalué l’impact des polyphénols. Il en ressort un effet cardioprotecteur. La cranberry limite le risque d’athérosclérose et donc prévient les maladies cardiovasculaire en diminuant le risque cardiovasculaire. Elle augmente le bon cholesterol (HDL) et diminue le mauvais cholesterol (LDL).

 

Bénéfices liés aux flavonoïdes

La quercétine est le principal flavonoïde de la cranberry. Elle a une activité anti-inflammatoire et antioxydante. Elle a été étudié notamment dans le prévention du cancer du côlon et dans le soulagement des douleurs de la polyarthrite rhumatoïde, situations où son efficacité a été démontrée.

Les compléments alimentaires à base de cranberry

Il n’existe pas de médicaments à proprement parlé à base de cranberry, mais uniquement des « compléments alimentaires« , qui contiennent le principe actif de la canneberge dans les comprimés ou gélules, parfois associés à d’autres substances.

Ces produits peuvent être pris:

 

  • Soit en cas d’infection urinaire aigüe sur une courte durée (3 à 5 jours): ce sont des traitements « flash », comme par exemple: Urisanol Flash, Cys-control flash, Femibiane CBU flash ou encore Gyndelta Prim. Ces produits sont associés à d’autres composés variables selon le produit, comme des huiles essentielles, de la bruyère, myrtille, orthosiphon….

 

  • Soit en traitement préventif au long cours, sur 15 jours à un mois selon les produits. Ces produis seront plutôt utilisés chez les femmes qui ont des cystites récidivantes et qui prennent des traitements antibiotiques réguliers. Les produits sont nombreux, comme les cranberry gélules, Arkogélules cranberryne, Urisanol cranberry, Gyndelta, Urell, Cys-control, Cystalia… Ils ont aussi la possibilité d’être utilisé en traitement aigu au besoin en augmentant la posologie pour certains d’entre eux.

Conclusion

La cranberry d’Amérique est extrêmement intéressante entre autre pour les infections urinaires et peut aider à limiter le développement de résistance au niveau des antibiotiques. Privilégiez un traitement naturel vous permet toujours de moins vous exposer aux effets indésirables potentiels des médicaments. Donc si vous êtes abonnées aux cystites, pensez à la canneberge pour vous aider, cela peut vous soulager.

 

Biblio:

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02501318/document

Maud Geesen
Maud Geesen

Médecin généraliste de formation, diplômée de médecine manuelle (ostéopathie), je souhaite que vous ayez toutes les clés en main pour appréhender votre santé

À lire aussi